5 juillet, 2017

A.-C. COCHE : Consolation

Classé dans : Poême — unpeudetao @ 4:41

(À mon ami Racagel).

AMI, la Mort commet parfois l’erreur étrange

De cueillir l’humble Fleur au soleil se chauffant

Dès l’aube, et de laisser abject, mais triomphant,

Le Vautour se rouler un siècle dans la fange.

Et pourtant c’est en vain que l’être se défend

D’espérer qu’au trépas l’âpre destin se change

En un destin plus beau, car nul ne sait si l’Ange

Ne ressuscite pas du linceul de l’Enfant.

Nul ne sait si la tombe où le silence est maître

N’est pas le seuil béni par où l’âme pénètre

Dans un éden d’amour, de paix et de douceur !

C’est pourquoi, cher ami, qui sous la douleur ploie

J’ose vous murmurer : la Mort prit votre Sœur

Afin de la guider vers l’Éternelle Joie.

A.-C. COCHE (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Une réponse à “A.-C. COCHE : Consolation”

  1. Oulala, comme ce poème fait écho à mon triste quotidien en ces moments où un certain nombre d’amis et de proches s’en sont allés!!!
    bonne journée à toi
    tân

    Dernière publication sur chroniques variées : je croyais que vieillir

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose