15 novembre, 2017

Jules BASTIN : Soir, mort

Classé dans : Poême — unpeudetao @ 5:40

Le jour meurt, le soir vient, les parfums agonisent,

Le grand hymne d’espoir du tout dernier moment

Chante. De cierges blancs les espaces s’irisent

Et voilà la chapelle ardente, immensément.

Les champs sont morts, la vie est lasse, et la souffrance

Après un long sanglot, en espérant, s’endort ;

Le rêve règne ainsi qu’un roi de délivrance :

C’est l’illusion douce et l’extase, la mort.

Le voile mortuaire est drapé sur le monde,

L’âme en fleur se dégage en songes irréels,

Et la lune, qui veille en cette paix profonde,

A les douces clartés des jardins éternels.

C’est la chapelle ardente et ses lueurs de cierges,

Les hymnes reposants qu’on dit pour les défunts,

Le requiem du prêtre et le chant pur des vierges,

Et l’âme qui s’en va sur l’aile des parfums.

Jules BASTIN (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose