• Accueil
  • > A ceux qui sont petits, Victor HUGO

14 octobre, 2008

A ceux qui sont petits, Victor HUGO

Classé dans : — unpeudetao @ 2:27

Victor HUGO (1802-1885)
(Recueil : Toute la lyre)

 

 

 

 

A ceux qui sont petits

 

 

Est-ce ma faute à moi si vous n’êtes pas grands ?
Vous aimez les hiboux, les fouines, les tyrans,
Le mistral, le simoun, l’écueil, la lune rousse ;
Vous êtes Myrmidon que son néant courrouce ;
Hélas ! l’envie en vous creuse son puits sans fond,
Et je vous plains. Le plomb de votre style fond
Et coule sur les noms que dore un peu de gloire,
Et, tout en répandant sa triste lave noire,
Tâche d’être cuisant et ne peut qu’être lourd.
Tortueux, vous rampez après tout ce qui court ;
Votre oeil furieux suit les grands aigles véloces.
Vous reprochez leur taille et leur ombre aux colosses ;
On dit de vous : – Pygmée essaya, mais ne put.-
Qui haïra Chéops si ce n’est Lilliput ?
Le Parthénon vous blesse avec ses fiers pilastres ;
Vous êtes malheureux de la beauté des astres ;
Vous trouvez l’océan trop clair, trop noir, trop bleu ;
Vous détestez le ciel parce qu’il montre Dieu ;
Vous êtes mécontents que tout soit quelque chose ;
Hélas, vous n’êtes rien. Vous souffrez de la rose,
Du cygne, du printemps pas assez pluvieux.
Et ce qui rit vous mord. Vous êtes envieux
De voir voler la mouche et de voir le ver luire.
Dans votre jalousie acharnée à détruire
Vous comprenez quiconque aime, quiconque a foi,
Et même vous avez de la place pour moi !
Un brin d’herbe vous fait grincer s’il vous dépasse ;
Vous avez pour le monde auguste, pour l’espace,
Pour tout ce qu’on voit croître, éclairer, réchauffer,
L’infâme embrassement qui voudrait étouffer.
Vous avez juste autant de pitié que le glaive.
En regardant un champ vous maudissez la sève ;
L’arbre vous plaît à l’heure où la hache le fend ;
Vous avez quelque chose en vous qui vous défend
D’être bons, et la rage est votre rêverie.
Votre âme a froid par où la nôtre est attendrie ;
Vous avez la nausée où nous sentons l’aimant ;
Vous êtes monstrueux tout naturellement.
Vous grondez quand l’oiseau chante sous les grands ormes.
Quand la fleur, près de vous qui vous sentez difformes,
Est belle, vous croyez qu’elle le fait exprès.
Quel souffle vous auriez si l’étoile était près !
Vous croyez qu’en brillant la lumière vous blâme ;
Vous vous imaginez, en voyant une femme,
Que c’est pour vous narguer qu’elle prend un amant,
Et que le mois de mai vous verse méchamment
Son urne de rayons et d’encens sur la tête ;
Il vous semble qu’alors que les bois sont en fête,
Que l’herbe est embaumée et que les prés sont doux,
Heureux, frais, parfumés, charmants, c’est contre vous.
Vous criez : au secours ! quand le soleil se lève.
Vous exécrez sans but, sans choix, sans fin, sans trêve,
Sans effort, par instinct, pour mentir, pour trahir ;
Ce n’est pas un travail pour vous de tout haïr,
Fourmis, vous abhorrez l’immensité sans peine.
C’est votre joie impie, âcre, cynique, obscène.
Et vous souffrez. Car rien, hélas, n’est châtié
Autant que l’avorton, géant d’inimitié !
Si l’oeil pouvait plonger sous la voûte chétive
De votre crâne étroit qu’un instinct vil captive,
On y verrait l’énorme horizon de la nuit ;
Vous êtes ce qui bave, ignore, insulte et nuit ;
La montagne du mal est dans votre âme naine.

 

 

 

Plus le coeur est petit, plus il y tient de haine.

3 réponses à “A ceux qui sont petits, Victor HUGO”

  1. legonepeint dit :

    impossible de signer pour karim ! ma dernière fille habite avec un algérien et depuis indirectement je suis donc en plein coeur de certains problèmes qu’ils ont , travail précaire pour lui instable pour ma fille , faire face aux regards de certains voisins , oui oui je connais !cette maladie le racisme ,je suis encore plus touché depuis qu’ils m’ont donné un petit-fils c’est incroyable la beauté de ses enfants mélangés ! c’est quand tu veux pour une rencontre , je vais un peu mieux , bientôt le soleil ,un petit canon aux sept marches ( ou autre ! ) pourquoi pas !à bientôt mon ami , claude .

    Dernière publication sur UN PEU DE TOUT, du rire et du sérieux : Fleurs d'idris

  2. unpeudetao dit :

    Salut l’Artiste!
    Je suis ravi que tu es pu trouver sur ce blog un lien qui va te servir…
    Pas toujours facile de comprendre la déficience visuelle, comme tout handicap d’ailleurs…
    Je crois que pas mal de choses nous rapproches, il faudra bien que nous arrrivions à nous rencontrer!
    Amitiés!

  3. legonepeint dit :

    bonjour gone , je vais pouvoir correspondre avec ma petite fille de 10 ans mal voyante grace a ton lien pour écrire en braille du moins je vais essayer ! mais quel est ce système qui te tiens tant à coeur et qui se met en place ? est ce que je peu t’aider dans tes recherches ? sinon rien de neuf , vivement le beau temps je suis né en aout je sais pourquoi maintenant !!! amitiés claude .

    Dernière publication sur UN PEU DE TOUT, du rire et du sérieux : Fleurs d'idris

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose