• Accueil
  • > À l’Immaculée, Albert FERLAND

21 août, 2012

À l’Immaculée, Albert FERLAND

Classé dans : — unpeudetao @ 4:35

Ô Vierge unique au monde, ô toi que Dieu fit reine
Par ta noble naissance et ton cœur merveilleux.
Front suave et si pur qu’on ne peut sous les cieux
Évoquer de blancheur comparable à la tienne.

 

Des dons de l’Éternel ton âme est toute pleine ;
Rien n’égale en douceur le regard de tes yeux.
Et les Saints qui t’ont vue en manteau lumineux,
N’ont pu dire l’éclat de ta forme sereine.

 

Le plus proche de Lui te voulut le Très-Haut ;
Beauté qui n’as point d’ombre, ô Dame sans défaut,
Miraculeuse fleur de l’amère vallée.
Ta gloire est la plus haute en la Céleste cour,
Toi que Dieu fit si belle et si riche d’amour,
Pour être notre Mère, ô douce Immaculée.

 

Albert FERLAND (1872-1943), poète québécois.

 

*****************************************************
 

 

Une réponse à “À l’Immaculée, Albert FERLAND”

  1. unpeudetao dit :

    Je vous salue, Marie pleine de grâces ;
    le Seigneur est avec vous.
    Vous êtes bénie entre toutes les femmes
    et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

    Sainte Marie, Mère de Dieu,
    priez pour nous pauvres pécheurs,
    maintenant et à l’heure de notre mort.

    Amen.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose