• Accueil
  • > À l’éveil de l’été, Ludovic JAN

10 juin, 2015

À l’éveil de l’été, Ludovic JAN

Classé dans : — unpeudetao @ 16:37

J’aime les grands bois verts baignés d’un soleil d’or. Aux premiers jours d’été, quand ruisselle la sève, Recueilli dans sa force et perdu dans son rêve, Le chêne séculaire est immobile, et dort.

 

Hâtons-nous. Voici l’heure où le soleil torride Pèse plus lourdement sur les fronts et les bois, Où, tendant leurs longs cous, les biches aux abois Se penchent sur les eaux qu’aucun souffle ne ride.

 

Nous chercherons l’ombrage au revers du talus : Un arbre l’a couvert de branchages difformes, Et, soulevant le sol, les racines énormes Sont comme des serpents qui ne bougeraient plus.

Mais quand sur le gazon ton pied mignon se pose Et quand ta blanche main prend des rieurs au buisson, Il n’est pas à mes yeux de plus vaste horizon, Il n’est pas à mon cœur de retraite mieux close.

Le géant des forêts dort son puissant sommeil. Regarde : déployant sa verdeur et sa masse, Il laisse à peine voir un coin bleu de l’espace Et filtrer sur nos fronts la clarté du soleil.

La plaine devant nous s’étend, grandit encore, Les clochers et les bourgs sont blottis dans les blés ; Et, quand passent des sons d’Angelus envolés, On rêve aux nids cachés d’où monte un chant sonore, Là-bas un moissonneur jette un mâle refrain, Des parfums sont dans l’air mêlés à des murmures, Et la lumière court parmi les moissons mûres, Jusqu’à l’horizon rose, au bord du ciel d’airain.

 

J’entends l’épi bruire, et se fendre l’écorce ; Le bois, derrière nous, est plein d’ombre et de paix ; Et, dans ce grand tableau, sous ces rameaux épais, Je contemple le calme et j’acclame la force.

 

La vigueur est au fond du silence des bois Et des sillons dormants sous la lune immobile. On rêve, malgré soi, d’une vierge nubile Qui porterait un monde en des flancs trop étroits.

 

Toi, le trouble des sens a mouillé tes prunelles. Les choses et les lieux t’ont parlé comme à moi : La nature t’a prise ; et tu vis dans l’émoi De la Terre livrée aux amours éternelles.

 

Et ton âme a, peut-être, entrevu vaguement Dans les ardents baisers du Soleil à la Terre, Une communion d’amour et de mystère Qui mêle l’homme à l’ange et l’ange à l’élément.

 

Aimons-nous donc, pareils à ces amants superbes Qui, sur le monde vierge, errants en liberté, Au soleil étalaient leur robuste beauté Et pour lit nuptial prenaient les hautes herbes ; Tandis que, déroulant son pavillon de feu Et versant la chaleur aux germes de la vie, Pour le corps palpitant et l’âme inassouvie Le soleil achevait la grande œuvre de Dieu !

 

Ludovic JAN (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose