• Accueil
  • > À l’heure où.. Jacques JASMIN

27 décembre, 2015

À l’heure où.. Jacques JASMIN

Classé dans : — unpeudetao @ 18:20

À Madame MARTINEAU.

 

Pas de gloire ni de poésie sans la femme.

À l’heure où, tenant la plume entre vos jolis petits doigts effilés, vous laissiez tomber pour moi, de votre âme, ces mots si jolis et si doux ; oh ! que j’aurais été heureux, si, caché près de là, j’avais pu vous voir, belle dame, à la clarté de votre bougie, qui brillait comme la fraîche poésie qui s’échappait de votre cœur !

Je le sais, elle s’en échappe naturellement et sans secousse, en images fleuries et gracieuses, comme on voit le rayon s’échapper du soleil, l’encens de la prairie ; l’eau de la fontaine : mais pour mon triomphe, j’aurais voulu le voir ; car, la femme que nous attendrissons par nos paroles, seule me fait croire à la gloire !

Oh ! la femme, la femme est pour moi la grande œuvre de Dieu. C’est la poésie vivante ! Quand je fais couler ses larmes, tous les anges du ciel me sourient. Et vous, vous avez pleuré ! votre papier me le dit ; belle dame ces mots suffisent : ce que les femmes disent est si bien dit ! Ah ! si la poésie tient quelque part son foyer sur la terre, l’homme n’en est que la flamme, la femme seule est le brasier ! ! !

 

Jacques JASMIN (1798-1864).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose