• Accueil
  • > À Marguerite, Virgile FOULON

2 juillet, 2013

À Marguerite, Virgile FOULON

Classé dans : — unpeudetao @ 13:56

Dis, mon ange aux yeux bleus, quand ta lèvre mignonne
Et si douce, à ma joue a mis son frais baiser,
Et quand il retentit, en venant s’y poser,
Comme un pur chant d’oiseau tout joyeux, et qu’il sonne,

 

Sais-tu ce que toujours je me prends à penser ?
C’est qu’un baiser d’enfant est la divine aumône
Que le Ciel ici-bas laisse tomber, et donne
Lorsqu’il voit la douleur presque nous écraser.

 

C’est que rien n’est meilleur, pour mon âme ravie
Ou sous le deuil brisée et lasse de la vie,
Dans les heures de joie ou dans les jours maudits,
Que l’un de ces baisers, caressant et sonore,
De ta bouche, une rose en bouton près d’éclore,
Et qu’ainsi les oiseaux chantent au Paradis.

 

Virgile FOULON (XIXe-XXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose