12 avril, 2016

À Rome, Franz ANSEL

Classé dans : — unpeudetao @ 17:40

Berceau des justes lois, des lettres et des arts,

Ô toi dont le seul nom enchante notre oreille !

Bienheureux celui-là dont la nef appareille

Vers tes quais de porphyre où dorment les lézards !

Rien en toi n’a changé parmi tant de hasards ;

Ville toujours diverse et constamment pareille,

Ton vieux sol qui nourrit le laurier et la treille,

Mêle aux cendres des saints la poudre des Césars.

Tes sept monts t’ont prêté la forme d’un beau vase

Que le pampre enguirlande et qu’emplit jusqu’aux bords

Le sang clair des raisins que la vendange écrase ;

Et tu restes ensemble, ô cité des grands morts,

Le calice d’or pur où l’ange boit l’extase

Et la coupe de bronze où bout le vin des forts.

Franz ANSEL (1875-1937).

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose