• Accueil
  • > À un savant, Louis MONOD

9 octobre, 2013

À un savant, Louis MONOD

Classé dans : — unpeudetao @ 18:40

Tu dis : « Dieu, s’il existe, a tout fait en créant
« Deux ou trois grandes lois, puis un peu de matière.
« La personnalité naît et meurt toute entière ;
« Je viens d’une cellule et je vais au néant.

 

« La Science est en marche, et ce guerrier géant
« Conquiert à la Pensée un pays sans frontière. »
- Mais il est des moments où ta Science altière
S’attarde et rêve, au bord du Mystère béant.

 

Ton incrédulité se heurte au grand Problème.
L’Inconnu t’enveloppe, il s’affirme en toi-même,
Et déjà, dans ta nuit, voici poindre le jour ;
Déjà, tout en niant ce que la Foi devine,
Tu crois à ta raison, cette flamme divine,
Et tu crois à ton cœur, ce miracle d’amour.

 

Louis MONOD (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose