• Accueil
  • > Apaisement, Raymond FÉVRIER

6 avril, 2015

Apaisement, Raymond FÉVRIER

Classé dans : — unpeudetao @ 16:08

J’étais triste : mon cœur portait ces meurtrissures Dont on ne parle pas, mais dont on se souvient. J’étudiais ; le livre, hélas ! à mes blessures                 Ne faisait point de bien.

 

Navré, je suis allé vers la nature immense, Pleine de chauds rayons, de parfums et de voix, Et longtemps j’ai prêté l’oreille à la romance                 De l’oiseau dans les bois.

 

J’ai livré mon front pur à la vive caresse Du zéphyre qui vient de la plaine et du mont, Et j’ai senti passer, ainsi qu’une tendresse,                 Son souffle vagabond.

 

J’ai goûté lentement les suaves délices De fleurs au fin velours dont l’odeur embaumait ; Quand je me suis penché, j’ai vu dans les calices                 Une âme qui dormait.

 

Puis, du haut d’un rocher, j’ai contemplé l’abîme De l’océan sans fond qui gronde éperdument, Mais le zéphir, l’oiseau, la fleur, la mer sublime                 Ont accru mon tourment ;

 

Voyant venir l’orage et sourdre la tempête, Je me suis recueilli dans un profond émoi ; J’ai croisé les deux mains ; j’ai dit, courbant la tête :                 « Éternel, secours-moi ! »

 

Et Lui prit en pitié les graves meurtrissures Dont souffrait durement mon cœur endolori ; De son baume d’amour il pansa mes blessures ;                 Alors je fus guéri.

 

Raymond FÉVRIER (1854-19..).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose