14 décembre, 2012

Arbre, haïkus

Classé dans : — unpeudetao @ 20:07

Dans les jeunes herbes
le saule
oublie ses racines

 

Buson (Yosa Buson), 1716 1783.
*****

 

Si loin
le pays natal,
les arbres bourgeonnent

 

Taneda Santôka (1882-1940).
*****

 

Couvert de papillons
l’arbre mort
est en fleurs !

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763 1827.
*****

 

Arbre nu
sous le ciel bleu,
silence de la mort

 

Taneda Santôka (1882-1940).
* Poème écrit par Taneda Santôka sur son lit de mort.
*****

 

Des érables d’automne
je m’approche,
la solitude me prend

 

Kobayashi Issa (1763-1827).
*****

 

Le saule s’effeuille,
nous écoutons la cloche
le maître et moi

 

Bashô (Matsuo Bashô), 1644 1694 (son ermitage possédant un bananier, bashô, c’est sous ce pseudonyme qu’il devint célèbre).
*****

 

Sur un seul arbre
dans la plaine immense
les cigales s’attroupent

 

Shiki (Masaoka Shiki), 1867 1902 (père fondateur du haiku moderne).
*****

 

Sur le front des falaises
les saules reverdis
dessinent des sourcils

 

Arakida Moritake (1473-1549), prêtre des sanctuaires shinto d’Ise.
*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose