• Accueil
  • > Aspirations, Pauline de FLAUGERGUES

18 novembre, 2012

Aspirations, Pauline de FLAUGERGUES

Classé dans : — unpeudetao @ 18:56

Quand la vigne languit sur sa tige affaiblie,
Mon Dieu, lorsque l’orage est venu la flétrir,
Que sans appui sa tête à tous les vents se plie,
        Ta pitié la laisse périr.

 

Atteint de la cognée, il meurt de sa blessure,
Le myrte du vallon. Sous le fer du faucheur
Tombe l’épi brisé. La feuille au doux murmure
Disparaît quand le givre a terni sa fraîcheur.

 

Quand l’aiguille cruelle, à la flamme rougie,
Perce le pauvre insecte endormi sur la fleur,
Il tressaille et se meurt, son aile épanouie
N’a frémi qu’un moment sous l’atroce douleur.

 

Si le plomb meurtrier, sous l’ombreuse ramée,
Frappe l’oiseau chanteur, sa gémissante voix
Appelle en expirant sa douce bien-aimée,
Et puis, il tombe ainsi qu’une feuille des bois.

 

À l’espoir du bonheur, seule dois-je survivre ?
Mon Dieu ! vois ce front lourd, vers la tombe incliné !
Du poids brûlant des jours que ta main le délivre,
Si d’assez de douleurs elle l’a couronné !

 

Pauline de FLAUGERGUES (1799-1878).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose