26 octobre, 2013

Au poète, Jules DUMOND

Classé dans : — unpeudetao @ 4:19

À la mémoire de Joséphin Soulary.

 

Lorsque le laboureur prend dans sa large main
Le grain qu’avec ardeur il confie à la terre,
Il connaît l’avenir, et sait qu’un lendemain
Au centuple rendra la graine solitaire.

 

L’homme est aussi le champ, mystérieux hymen
De l’âme unie au corps, où le Dieu tutélaire
Sème pour y germer, dans la chair qui l’enserre,
L’amour de l’idéal, le divin dans l’humain.

 

Le poète, en partant, poursuit sa destinée,
Nous laissant la moisson sur sa tige inclinée.
Quand la tâche est finie, ô Mort, qui donc te craint ?
Amante au froid baiser grimaçant un sourire,
Impuissante à créer, tu ne peux rien détruire.
La faux de l’épi mûr ne tranche pas le grain.

 

Jules DUMOND (XIXe siècle).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose