• Accueil
  • > Aux cailloux, Marie de SORMIOU

17 avril, 2016

Aux cailloux, Marie de SORMIOU

Classé dans : — unpeudetao @ 9:06

Pierres, pierres soyez joyeuses ce matin,

Sœurettes grises,

Voyez le grand ciel qui vous peint

Avec la mûre et la cerise !

Cailloux aigus, prompts à surgir,

Sentez le pinceau bleu du beau temps vous rougir

De fines touches éternelles…

Soyez contents, brimborions

Du corps du monde,

Grains de montagne en qui s’incrustent les rayons,

Qui rendent, pour un jour, la verte olive blonde.

Béatement,

Sur la pente de la colline,

Pierres, réchauffez-vous dès l’aurore en aimant ;

Sœurs des cailloux de Palestine,

Petites, devenez la suave chaleur

Offerte à toutes créatures,

Tendres ou dures…

Pierres en qui je vois les battements d’un cœur,

Sœurettes nues,

À l’abandon sur le chemin

Du pèlerin,

Ah ! ne vous sentez plus errantes ni perdues.

Dans la muette éternité !

Parcelles de ses belles frises,

Vous voici prises

Dans la tendresse de l’été,

Pierres chaudes autant qu’un blanc nid de colombe…

Roulantes filles du ravin,

Tant d’amour tombe

Du haut soleil, volcan divin,

Sur vous, si pures et hardies,

Ses étincelles refroidies.

Marie de SORMIOU (1865-1956).

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose