• Accueil
  • > Aux poètes, Friedrich HÖLDERLIN

11 juillet, 2014

Aux poètes, Friedrich HÖLDERLIN

Classé dans : — unpeudetao @ 7:50

Tout comme un jour de fête, afin de voir son champ, Le matin, sort un paysan, quand de toute la nuit Ardente les éclairs n’ont cessé de tomber, rafraîchissants, Et que dans les lointains résonne encore le tonnerre, Le fleuve de nouveau s’avance entre ses rives, Le sol avec fraîcheur se fait tout verdoyant Et la pluie bienfaisante du ciel Ruisselle de la vigne : étincelants, debout Dans la paix du soleil sont les arbres de la futaie. De même ainsi, debout sous un temps favorable Sont ceux, formés non par un maître seul, Mais par la merveilleuse, l’omniprésente en son très doux Embrassement, la puissante, la divinement belle Nature. Et c’est pourquoi, dans ce temps de l’année où elle semble dormir Au ciel ou dans les plantes ou les gens, Alors s’endeuille aussi la face des poètes Qui semblent être abandonnés ; pourtant toujours ils sont Pressentiment, car elle aussi dans son repos n’est que pressentiment. Or voici qu’il fait jour ! J’ai patienté et je l’ai vu venir ; Oh ! que cette voyance, ce sanctuaire soit mon verbe ! Celle en effet, celle-même qui est plus vieille que les temps Et par-delà les dieux du Soir et de l’Orient Existe, la Nature, à présent, se réveille au froissement des armes Et du haut de l’Éther au profond de l’abîme Selon la loi très immuable, comme autrefois, surgi hors du Chaos sacré L’enthousiasme flamboie et se sent neuf, De toutes choses à nouveau, le créateur. Et tel pour l’homme, un feu s’allume dans son œil S’il entreprend quelque tâche sublime, tels de nouveau Les signes, maintenant, et les actes du monde Font s’allumer un feu dans l’âme des poètes. Et tout ce qui s’était accompli jusque-là, pourtant à peine ressenti, Ne vient que maintenant à l’évidence, Et celles, souriant, qui nous avaient travaillé notre champ Ainsi que des servantes, elles sont révélées, Les très vivantes, ces puissances des dieux ! T’inquiéterais-tu d’elles ? Leur esprit souffle dans ce chant Que le soleil du jour et que la chaude terre Ont libéré, et ces orages, qui habitent les airs, et ces autres Plus amplement mûris au creux profond du temps, De pire augure et bien plus près de notre intelligence, Qui vont errant entre le ciel et la terre, ou bien parmi les peuples ; De l’esprit unanime, ce sont les pensées Qui viennent s’achever et trouvent le repos dans l’âme des poètes. Ah ! qu’elles soient promptes à la toucher, cette âme depuis longtemps En contact avec l’infini, et toute frémissante encore Du souvenir, afin qu’incendiée par le rayon sacré Elle accomplisse avec bonheur ce fruit né dans l’amour, Œuvre des dieux et de l’homme : son hymne Qui se fait leur témoin réciproque. Ainsi tomba, les poètes l’ont dit, sur le palais de Sémélé Cette foudre divine, après son vœu de contempler le dieu Dans sa splendeur, lorsque cendre au sein de la mort, elle enfanta, Fruit de l’orage, Bacchus le sacré. Au feu du ciel, dès lors, ils peuvent s’abreuver Maintenant sans péril, les enfants de la terre. Mais c’est à nous, pourtant, sous les orages de Dieu ; Ô poètes ! à nous qu’il appartient de se dresser et tête nue, C’est à nous de saisir de notre propre main Jusqu’au rayon du Père et de le tendre ainsi, Recelé dans le Chant, ce don du ciel, de l’offrir aux nations ; Car c’est nous, entre tous, qui sommes de cœur pur Ainsi que des enfants, et nos mains ne sont qu’innocence. Venu du Père, et pur, l’éclair ne le brûlera point, Bien qu’ébranlé profondément, souffrant en compassion Les souffrances d’un dieu, ce cœur en son éternité Qui pourtant reste inébranlable.

 

Friedrich HÖLDERLIN (1770-1843), poète allemand.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose