4 mai, 2012

Bouddha (2), haïkus

Classé dans : — unpeudetao @ 4:57

 

D’un sourire
le Bouddha montre
un moucheron qui pète

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763 1827.
*****

 

À l’égal du Bouddha
je me laisse boulotter
par les moustiques d’équinoxe !

 

Ôtomo Oemaru (1719-1805).
*****

 

À ta façon
colimaçon
puisses-tu devenir un Bouddha !

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763 1827.
*****

 

Il rêve
le vieux pin,
il n’est pas encore un Bouddha !

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763-1827.
*****

 

Mort dans la lande blanche
je serai moi aussi
un Bouddha de neige

 

Shirai Chôsui (1700-1769).
*****

 

Au Bouddha
je montre mes fesses
la lune est fraîche !

 

Shiki (Masaoka Shiki), 1867 1902 (père fondateur du haiku moderne).
*Masaoka Shiki renoue ici avec la veine irrévérencieuse et satirique des haikus du XVIIe siècle.
Pour contempler la lune, le poète tourne le dos à un objet sacré, alors que les convenances l’interdisent.
*****

 

Tout seul en hiver
j’aimerais poser une question
au Bouddha

 

Shiki (Masaoka Shiki), 1867 1902 (père fondateur du haiku moderne).
*****

 

De la narine du grand Bouddha
jaillit
une hirondelle

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763 1827.
*****

 

Sur l’épaule
du grand Bouddha
la neige a fondu

 

Shiki (Masaoka Shiki), 1867 1902 (père fondateur du haiku moderne).
*****

 

Puce endiablée,
par ma main
deviens un Bouddha !

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763 1827.
* L’expression « devenir Bouddha », outre son sens littéral, signifie aussi « mourir » (le terme « Bouddha » est employé pour désigner, avec respect, un cadavre).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose