10 avril, 2012

Calvaire, Jean LEBRAU

Classé dans : — unpeudetao @ 10:17

 

Jardin religieux où les buis sont si beaux,
Et les cèdres, et l’olivier
Ombrageant d’un chanoine ou deux les vieux tombeaux,
Où tu pleures sur le gravier

 

En ce Vendredi-Saint qui ne veut qu’être bleu,
Jeune arbre charmant de Judée !
La Croix là-haut s’érige avec le Fils de Dieu.
Au vent tiède c’est une ondée

 

De roses fleurs ensanglantant soudain le buis ;
Mais, suave, un parfum m’attire,
Celui du violier, meilleur que ceux du lys.
Vienne l’heure où le Christ expire,

 

Dans ce parfum je veux ne plus penser à rien
Qu’au cruel amour, à la mort ;
Peut-être à dérober au somnolent gardien
L’anémone de pourpre et d’or.

 

Jean LEBRAU (1891-1983).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose