20 avril, 2012

Camélia, haïkus

Classé dans : — unpeudetao @ 10:14

 

Elle tombe
la fleur de camélia
au plus noir du vieux puits

 

Buson (Yosa Buson), 1716 1783.
*****

 

Sur mon chapeau de jonc
plop !
c’était un camélia

 

Taneda Santôka (1882-1940).
*****

 

En secret
le camélia devine
la présence du prunier

 

Hayashibara Raisei (1887-1975).
*****

 

Un bruit,
on creuse une fosse
derrière les camélias

 

Kakimoto Tae (née en 1928).
*****

 

Un seul bruit
au clair de lune,
la chute des camélias blancs

 

Takakuwa Rankô (1726-1798).
*****

 

À l’entrée du jardin
fleurit le blanc
d’un camélia

 

Ueshima Onitsura (1661-1738).

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose