• Accueil
  • > Chant mortuaire, Paul GABILLARD

18 novembre, 2013

Chant mortuaire, Paul GABILLARD

Classé dans : — unpeudetao @ 8:00

À Henri Pasquier.

 

Lorsqu’autour de mon corps, d’où le souffle aura fui,
Les cierges jetteront leurs défaillantes flammes,
Dites à Dieu, père des âmes :
« Il a beaucoup souffert, ayez pitié de lui ! »

 

Lorsqu’au repos sans fin que déjà je réclame
Vous porterez mon cœur fatigué de souffrir,
Dites au Dieu qui peut guérir :
« Il a beaucoup aimé, guérissez sa pauvre âme ! »

 

Lorsque pour mon cercueil, funèbres ouvriers.
Vous creuserez la terre avide de pâture,
Dites au Dieu de la nature :
« Il fut humble ici-bas, donnez-lui vos lauriers ! »

 

Lorsqu’avec un bruit sourd une motte de terre
Vous fera réfléchir sur ma fragilité,
Dites au Dieu de vérité :
« Il a beaucoup pensé, donnez-lui la lumière ! »

 

Paul GABILLARD (XIX-XX siècles).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose