5 mars, 2012

Charité, Charles DIVET

Classé dans : — unpeudetao @ 9:47

 

Où l’on voyait jadis un tapis de verdure,
                      La neige a mis son blanc manteau ;
Le ruisseau ne fait plus entendre son murmure :
                      Il est glacé sur le coteau.

 

Plus de fleurs, plus de parfums, plus de chansons joyeuses ;
                      Les petits oiseaux désolés
Cherchent en vain l’abri sous leurs plumes soyeuses ;
                      Les beaux jours se sont envolés.

 

Donnez, enfants heureux, à l’enfant votre frère
                      Qui dans l’ombre pleure de faim ;
Un sou pour vous n’est rien : dans sa triste misère
                      Pour l’enfant pauvre c’est du pain.

 

Donnez, voici l’hiver qui s’avance terrible
                      Pour la maison sombre sans feu.
Le pauvre tremble fort à ce contact horrible
                      Et pour vous le froid est un jeu.

 

Vous qui riez du froid, de la neige et du givre,
                      Dont les jours sont pleins de gaîté,
Donnez au malheureux le pain qui le fait vivre,
                      Car Dieu bénit la charité.

 

Charles DIVET (1826-1886).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose