• Accueil
  • > Chercheur de vérité (Conte soufi)

29 avril, 2012

Chercheur de vérité (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 18:21

 

      Dakouki était un homme d’amour et de prodige, très attentif à se protéger de ce qui est illicite. Jamais, il ne restait plus de deux jours en un même lieu car il se disait :
      « Si je reste davantage dans une maison, je risque de voir mon coeur attiré par quelque chose ou par quelqu’un. »
      Il marchait le jour et priait la nuit. Sa nature était celle d’un ange. Comme il était pur, il était perpétuellement à la recherche d’hommes purs et adressait à Dieu cette prière :
      « O mon Seigneur ! Fais-moi rencontrer tes fidèles serviteurs ! »
      Et Dieu lui répondait :
      « O homme pur ! Quelle soif et quel amour en toi ! Mais si cet amour m’est consacré, pourquoi es-tu toujours à la recherche d’hommes ? »
      Dakouki :
      « O mon Dieu ! Je suis au beau milieu de l’océan et je cherche une cruche d’eau ! Les désirs que j’ai concernant ton amour me sont un objet de fierté, de même que mes désirs pour autrui me sont un objet de honte. Depuis des années, je voyage sans cesse, en Orient comme en Occident. Je vais, pieds nus sur les chemins remplis de cailloux et d’épines. Mais, ne crois pas qu’un amoureux se déplace sur ses pieds torturés. Non, c’est avec son coeur qu’il voyage. Mon attirance pour l’homme ne fait qu’augmenter. Je voudrais voir la vague de l’océan dans une goutte d’eau ! »
      Un jour, Dakouki se trouva diriger la prière sur une plage parmi un groupe de fidèles. Tout le monde se mit en ligne pour faire la prière du soir quand, soudain, le regard de Dakouki se dirigea vers la mer et il entendit des cris. Il vit, au large, un bateau ballotté par les vagues. Les passagers, dans l’obscurité, criaient par crainte de sombrer car la tempête soufflait comme Azraël. Même les infidèles et les révoltés avaient repris foi en Dieu et tous se prosternaient, désespérés.
      Voyant cela, Dakouki eut les larmes aux yeux.
      « O mon Seigneur ! dit-il, pardonne-leur et porte-leur secours ! »
      Cette prière fut entendue et le bateau fut sauvé mais les passagers crurent que ceci était dû à leurs propres efforts. Ils croyaient que leurs prières avaient été acceptées. Comme le renard qui échappe aux griffes du lion grâce à ses pattes mais reste toujours aussi fier de sa queue.
      Bref, le bateau accosta au moment même où Dakouki et les fidèles achevaient leur prière. Les fidèles dirent :
      « Qui a pu faire ce prodige ? Serait-ce l’imam qui, pris de pitié, aurait adressé cette prière à Dieu ? Il aurait osé interférer avec la volonté divine ! »
      Et quand Dakouki se retourna, il vit que tout le monde était parti. Ils avaient tous disparu, comme des poissons se faufilant dans l’onde. Dakouki se remit à pleurer.
      Ah ! C’est maintenant que tu tombes dans le piège ! Homme sans maturité! Tu croyais, comme tout le monde, qu’ils étaient des hommes. Toi, tu les as regardés avec les yeux de Satan qui dit : « Je suis créé à partir du feu et Adam à partir de la boue. » O Dakouki, ouvre les yeux! Cherche encore jour et nuit. Laisse tomber les oeuvres de ce monde. Cherche les hommes en invoquant Son nom !

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose