• Accueil
  • > Comme autrefois, Louis FRÉCHETTE

9 octobre, 2012

Comme autrefois, Louis FRÉCHETTE

Classé dans : — unpeudetao @ 2:12

Romance

 

Vieux voyageur sur la houle du monde
J’ai vu sous moi surgir plus d’un écueil ;
Des rêves d’or de ma jeunesse blonde
Plus d’une fois j’ai dû porter le deuil ;
De fils d’argent ma tempe se décore ;
Dans mon gosier je sens trembler ma voix,
Et cependant mon coeur est jeune encore
            Comme autrefois.

 

La fleur fanée avec la feuille morte
M’ont prodigué leurs funèbres parfums ;
Souvent le crêpe a flotté sur ma porte,
Car j’ai pleuré bien des amours défunts.
Pauvres oiseaux de ma lointaine aurore,
En souvenir lorsque je vous revois,
Ah ! je le sens, je puis aimer encore
            Comme autrefois.

 

Dieu dans mon sein mit une lyre sainte ;
Des chants nombreux en mon coeur sont éclos ;
Mais souvent l’hymne a fait place à la plainte ;
Ma voix souvent s’est brisée en sanglots.
Hélas ! en moi chaque fibre sonore
A sous l’archet saigné plus d’une fois ;
Et malgré tout je veux chanter encore
            Comme autrefois.

 

Louis FRÉCHETTE (1839-1908), poète et conteur québécois.

 

*****************************************************
 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose