• Accueil
  • > Compère Lapin et le Grand Diable (Conte Antillais)

7 octobre, 2013

Compère Lapin et le Grand Diable (Conte Antillais)

Classé dans : — unpeudetao @ 17:38

Les enfants et la femme de Lapin mouraient de faim, car celui-ci n’avait rien à leur donner pour se mettre sous la dent Il se décida à aller leur chercher un peu de liane douce, mais par manque d’attention il pénétra sur les terres du Grand Diable. Dès qu’il s’en rendit compte, ce dernier se précipita et brutalement lui demanda :
 » Que faites-vous ici ? « 
 » Je prends quelques branches pour nourrir ma famille ! « 
 » Vous ne savez donc pas que vous êtes sur mes terres ? et que je vais vous manger ? « 
Lapin répliqua:
 » Mais Patron, un petit animal comme moi ne remplirait qu’un tout petit coin de votre estomac! Vous gagneriez davantage à me faire travailler pour votre compte. « 
 » Ce que vous dites est fort juste, reprit le Diable.. Faite-moi donc trois planches d’eau.. Si à mon retour ce n’est pas fait, alors je vous mangerai et ce sera sans appel.. « 
Et il s’en alla.. Lapin réfléchissait et pensait que c’était impossible à réaliser. Il ne voyait pas comment échapper à la mort et pensait à sa femme et à ses enfants.

 

Il était donc là, bien abattu, quand Commère la Criquette vint à passer :
 » Alors, Compère Lapin, comme vous voilà triste.. Avez-vous perdu quelqu’un des vôtres ? « 
 » Oh que non, dit Lapin, j’ai que le Grand Diable exige de moi, sous peine de mort, que je lui fasse trois planches d’eau. « 
 » Trois planches d’eau, dites-vous ?.. Et vous voilà anéanti à cette pensée ! Mais, mon cher, vous êtes un sot..! « 
 » Moi, un sot ?.. répliqua Lapin, comment l’entendez-vous ma commère ?.. Ce n’est pas vous qui risquez d’être mangée. « 
 » Eh compère, quand le Grand Diable viendra réclamer les planches d’eau, vous n’aurez qu’à lui dire qu’elles sont prêtes, mais qu’il vous faut pour les lui porter une torche de fumée. « 
Commère Criquette s’en alla, laissant Lapin bouche bée.

 

Quand le Grand Diable arriva pour réclamer les planches d’eau, Lapin lui fit la réponse suggérée par son amie.
Le Grand Diable fit appel à tous ses amis diables et diablotins pour lui faire de la fumée, mais personne ne put réaliser la torche de fumée. Alors, il demanda à Lapin :
 » Comment peut-on faire une torche de fumée? « 
Lapin lui répondit :
 » De la même manière qu’on peut réaliser les planches d’eau. « 

 

Le Diable resta planté à la même place, perplexe, et Lapin put s’en aller retrouver sa femme et ses enfants.

 

Extrait de « Contes créoles » de Marie-Thérèse Lung-Fou.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose