26 avril, 2012

Conseil, Maurice GÉRIN

Classé dans : — unpeudetao @ 12:57

 

Et Toi, mon Seigneur, Tu m’as dit : va devant toi sans plus t’inquiéter ni du temps ni de la distance
Puisque Je suis désormais près de toi, habile à te porter secours en cas de défaillance.
Et si l’hiver, ayant tout quitté, tu te retrouves seul sur la route
Frappe à la porte marquée de Mon signe et la maison s’ouvrira toute,
Et tu verras la part du pauvre chaque soir mise
Ainsi que le lit fait et l’hôte t’accueillant comme un autre moi-même.

 

Mais si tu pars au plus fort de l’été ou quand l’automne fait saigner la grappe lourde de Ma vigne,
Mêle-toi aux ouvriers sans attendre Mon signe
Afin qu’il te soit fait justice de ta peine
En ce lieu préservé où Mes granges sont pleines..

 

Et si le soir tu n’as personne à qui chanter ta joie de vivre
Recueille-toi sous le vieux chêne et laisse errer ton âme libre
En cette procession d’astres diamantés louant, d’un bout du monde à l’autre, Dieu trois fois saint
Que chaque chose en soi-même révère : l’arbre en sa prédication sublime dans le vent
Et ce soleil qui n’en finit pas de tourner vertigineusement
Rouge et superbe à l’horizon comme une rose de cathédrale..

 

Maurice GÉRIN (XXe siècle), poète belge.

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose