• Accueil
  • > Courtisane juive, Charles-Florentin LORIOT

26 décembre, 2015

Courtisane juive, Charles-Florentin LORIOT

Classé dans : — unpeudetao @ 8:30

Pleure, étrangère pâle, avec ton Meyerbeer !

Tu méconnus le Christ, et depuis lors, ô Juive !

C’est le vide qui règne en ton âme plaintive,

C’est l’Infini qui manque à ton désir amer.

Comme un rocher que bat l’infatigable mer,

Ton cœur du grand amour lassa les tentatives.

L’Infini ! tu l’attends des voluptés chétives

Que donne en défaillant, ta périssable chair.

Trop longtemps tes bras blancs, au sommet des terrasses,

S’ouvrirent, implorant l’espérance des races.

Tes yeux ont trop plongé dans le ciel chaste et bleu.

Ton corps s’est fatigué de l’attitude austère,

Et vend, pour en finir, aux amants de la terre,

Ses flancs désespérés faits pour porter un Dieu !

Charles-Florentin LORIOT (1849-1905).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose