• Accueil
  • > Crépuscule au sertao, António de CASTRO ALVES

7 mars, 2015

Crépuscule au sertao, António de CASTRO ALVES

Classé dans : — unpeudetao @ 16:48

Le soir mourait. Sur les eaux argileuses Longuement s’étirait l’ombre des berges. Dans la guette effilée des arbres secs On entendait se lamenter l’araponga.

 

Le soir mourait ! Des branches, des silex, Des pierres, du lichen, des lierres, des chardons, Les ténèbres rampantes ventre à terre Sortaient, cruels et sombres léopards.

 

Le soir mourait.. Dans l’eau plus enfouie Baignait la galle de l’engazeiro sombre.. Au souffle frais des brises frissonnant, Musical gémissait le cocotier.

 

Profond murmure et géante marée ! Est-ce un silence ou le chant d’un orchestre.. Depuis la feuille, le calice, l’aile, l’insecte.. De l’atome à l’étoile.. du ver à la forêt !..

 

Sous l’aile les hérons mettaient leur bec Vermeil, pour le soustraire au fouet des brises, Et la terre dans la vague azur de l’infini Couvrait sa tête des plumes de la nuit !

 

Seul, par instants, des jungles riveraines Des golfes énormes de ces contrées, Levait la tête, inquiet et surpris, Couvert de limons, un taureau sauvage.

 

Lors les macreuses, qui flottaient tout à la ronde Au hasard, apeurées, infléchissaient leur vol, Et la troupe craintive, cinglant vers d’autres plages, Au-dessus de la barque avec des cris passait !..

 

António de CASTRO ALVES (1847-1871), poète brésilien. Traduit par Armand Guibert.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose