21 mai, 2012

A son ami lion, Clément MAROT

Classé dans : — unpeudetao @ 11:16

 

Je ne t’écris de l’amour vaine et folle :
Tu vois assez s’elle sert ou affolle ;
Je ne t’écris ni d’armes, ni de guerre :
Tu vois qui peut bien ou mal y acquerre ;
Je ne t’écris de fortune puissante :
Tu vois assez s’elle est ferme ou glissante ;
Je ne t’écris d’abus trop abusant :
Tu en sais prou et si n’en vas usant ;
Je ne t’écris de Dieu ni sa puissance :
C’est à lui seul t’en donner connaissance ;
Je ne t’écris des dames de Paris :
Tu en sais plus que leurs propres maris ;
Je ne t’écris qui est rude ou affable,
Mais je te veux dire une belle fable,
C’est à savoir du lion et du rat.

 

Cettui lion, plus fort qu’un vieux verrat,
Vit une fois que le rat ne savait
Sortir d’un lieu, pour autant qu’il avait
Mangé le lard et la chair toute crue ;
Mais ce lion (qui jamais ne fut grue)
Trouva moyen et manière et matière,
D’ongles et dents, de rompre la ratière,
Dont maître rat échappe vitement,
Puis met à terre un genou gentement,
Et en ôtant son bonnet de la tête,
A mercié mille fois la grand’bête,
Jurant le Dieu des souris et des rats
Qu’il lui rendrait. Maintenant tu verras
Le bon du compte. Il advint d’aventure
Que le lion, pour chercher sa pâture,
Saillit dehors sa caverne et son siège,
Dont (par malheur) se trouva pris au piège,
Et fut lié contre un ferme poteau.

 

Adonc le rat, sans serpe ni couteau,
Y arriva joyeux et esbaudi,
Et du lion (pour vrai) ne s’est gaudi,
Mais dépita chats, chattes, et chatons
Et prisa fort rats, rates et ratons,
Dont il avait trouvé temps favorable
Pour secourir le lion secourable,
Auquel a dit :  » Tais-toi, lion lié,
Par moi seras maintenant délié :
Tu le vaux bien, car le coeur joli as ;
Bien y parut quand tu me délias.
Secouru m’as fort lionneusement ;
Or secouru seras rateusement. « 

 

Lors le lion ses deux grands yeux vertit,
Et vers le rat les tourna un petit
En lui disant :  » Ô pauvre verminière
Tu n’as sur toi instrument ni manière,
Tu n’as couteau, serpe ni serpillon,
Qui sût couper corde ni cordillon,
Pour me jeter de cette étroite voie.
Va te cacher, que le chat ne te voie.
- Sire lion, dit le fils de souris,
De ton propos, certes, je me souris :
J’ai des couteaux assez, ne te soucie,
De bel os blanc, plus tranchants qu’une scie ;
Leur gaine, c’est ma gencive et ma bouche ;
Bien couperont la corde qui te touche.
De si très près, car j’y mettrai bon ordre. « 

 

Lors sire rat va commencer à mordre
Ce gros lien : vrai est qu’il y songea
Assez longtemps ; mais il le vous rongea
Souvent, et tant, qu’à la parfin tout rompt,
Et le lion de s’en aller fut prompt,
Disant en soi :  » Nul plaisir, en effet,
Ne se perd point quelque part où soit fait. « 
Voilà le conte en termes rimassés
Il est bien long, mais il est vieil assez,
Témoin Ésope, et plus d’un million.

 

Or viens me voir pour faire le lion,
Et je mettrai peine, sens et étude
D’être le rat, exempt d’ingratitude,
J’entends, si Dieu te donne autant d’affaire
Qu’au grand lion, ce qu’il ne veuille faire.

 

Clément MAROT (1497-1544).
Recueil : L’Adolescence clémentine.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose