8 mai, 2011

Du renard et du singe, Gilles CORROZET

Classé dans : — unpeudetao @ 2:04

 

En un beau champ les bêtes s’assemblèrent
Afin d’élire et faire un nouveau roi ;
Aucuns d’entre eux le concile troublèrent,
Voulant n’avoir prince, juge, ni loi.

 

Un singe y vint, qui fit mille souplesses,
Danses et sauts, dont fut si bien voulu
Que d’un accord, pour telles gentillesses,
Fut le grand roi par-dessus tous élu.

 

Quelque renard sur ce roi envieux,
Pour le tromper, lui dit ainsi :
« Cher sire, je sais ci près un trésor précieux
Qui appartient à votre haut empire. »

 

Selon son dit, aux champs l’accompagna,
Où lui montra une fosse profonde.
« Là-bas, dit-il, le feu roi épargna
Tous les trésors et richesses du monde. »

 

Le singe y crut, et bas il descendit
Tout aussitôt fut pris et arrêté,
Dont se plaignait et le renard lui dit,
En reprochant son instabilité
« Toi, non sachant, nous veux-tu dominer,
Qui lâchement t’es laissé ainsi prendre ? »
Certes, qui veut son fait ainsi mener
Sans jugement, il est trop à reprendre.

 

Gilles CORROZET (1510-1568).

 

*********************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose