6 décembre, 2011

L’ingénieuse bouquetière, Georges Duhamel

Classé dans : — unpeudetao @ 12:17

La carotte sauvage, dont la racine sent si bon qu’elle séduit et retient les fourmis, la carotte sauvage fait, pendant la belle saison, une fleur en ombelle d’un blanc sans éclat, sans fraîcheur. Mais, au centre de tout ce blanc, s’épanouit, miraculeuse, une petite corolle pourpre. Elle semble, au milieu des autres, une reine mystérieuse, nourrie de sucs trop précieux pour qu’on les puisse prodiguer. Interrogez la carotte quand sa fleur est épanouie, dans la tiédeur de midi. Demandez-lui les raisons de ce caprice délicat. Elle vous avouera qu’elle a lu les bons auteurs et que cela fait réfléchir. Au train, dit-elle, où vont les choses, force nous est de céder à la publicité. Il faut attirer le chaland. Si vous saviez comme les insectes sont sollicités, maintenant ! Au plus malin la clientèle.

 

Georges Duhamel (1884-1966).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose