12 novembre, 2012

La perdrix et ses petits, Duc de NIVERNAIS

Classé dans : — unpeudetao @ 5:58

« Taisez-vous, disait la perdrix,
Un jour d’orage, à ses petits
Qui jabotaient, murmurant de la pluie :
Voulez-vous, dans votre folie,
Régler le temps qu’il doit faire ici-bas ?
Et l’ordonnateur des frimas
Sait-il donc moins que vous, présomptueuse race,
Ce qu’il faut, ce qu’il ne faut pas ?
Évitez le panneau, le fusil, la tirasse,
Voilà votre important devoir ;
Remplissez-le et laissez pleuvoir ;
Songez même que c’est pour votre bien, peut-être,
Qu’il pleut ainsi du matin jusqu’au soir. »

 

Disant ces mots, la Perdrix voit paraître
Un chien couchant, qui vient à pas de loup :
« Partons, dit-elle, et prévenons le coup. »
Elle part, on la suit ; la compagnie entière
S’élève dans les airs, et dans le même instant
Certain cliquetis qu’on entend,
Fait frissonner la pauvre mère :
C’est un fusil qui se détend ;
Mais, par bonheur la poudre meurtrière
Était humide, et le feu ne prit point.
Cet incident arriva bien à point
Pour le bonheur de la famille ailée
Qui, rendant grave au ciel d’être mouillée,
Reconnut qu’il ne faut se dépiter de rien,
Que rien n’est stable dans la vie,
Et que ce qui nous contrarie
Prépare souvent notre bien.

 

Louis-Jules Mancini-Mazarini, duc de NIVERNAIS (1716-1798).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose