5 juillet, 2012

La prière de la brebis, Gotthold Ephraim LESSING

Classé dans : — unpeudetao @ 16:09

 

La brebis avait beaucoup à souffrir des mauvais traitements de tous les autres animaux ; elle s’en plaignit à Jupiter, qui l’écouta avec bienveillance et lui dit :
« Ma bonne créature, je vois bien que je t’ai créée avec trop peu de défense ; c’est une injustice qu’il faut que je répare. Veux-tu que j’arme tes pieds de griffes, et ta bouche de dents terribles ?

 

- Oh ! non, dit la brebis, je ne veux pas être semblable aux animaux carnassiers.

 

- Aimes-tu mieux que je cache un venin subtil sous tes dents ?

 

- Ah ! reprit la brebis, les bêtes venimeuses sont si détestées !

 

- Eh bien ! que veux-tu donc ? Je vais attacher des cornes à ton front, et donner à ton cou plus de force.

 

- Point du tout, père bienfaisant ; je pourrais devenir un animal aussi querelleur que le bouc.

 

- Cependant si tu veux que les autres n’osent te nuire, il faut que tu puisses nuire toi-même.

 

- Il faut cela ! dit la brebis en gémissant ; alors, père bienfaisant, laissez-moi telle que je suis ; car le pouvoir de nuire en excite (je crains) le désir, et j’aime mieux souffrir le mal que de le faire. »

 

Jupiter bénit la bonne brebis, et de ce jour elle oublia de se plaindre.

 

Gotthold Ephraim LESSING (1729-1781), écrivain allemand.

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose