8 mars, 2013

L’Âne et le vieux Pâtre, PHÈDRE

Classé dans : — unpeudetao @ 4:51

Dans un changement de gouvernement, il n’y a de changé pour le pauvre que le nom du maître.

 

C’est une vérité que prouve cette courte fable. Un timide Vieillard faisait paître son Ane dans une prairie. Effrayé tout à coup par les cris des ennemis, il conseille à son Ane de fuir, pour éviter d’être pris tous deux. Mais celui-ci lui répondit tranquillement :
 » Dites-moi, croyez-vous que le vainqueur m’oblige à porter double bât ? « 
 » Non, repartit le Vieillard « 
 » Alors que me fait à moi qui je serve, puisque je dois toujours porter mon bât. « 

 

PHÈDRE (Vers 14 av. J.-C. – vers 50 ap. J.-C.).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose