28 mai, 2012

Le Cheval et l’Ane, Jean de LA FONTAINE

Classé dans : — unpeudetao @ 16:45

 

En ce monde il se faut l’un l’autre secourir.
               Si ton voisin vient à mourir,
               C’est sur toi que le fardeau tombe.

 

Un Âne accompagnait un Cheval peu courtois,
Celui-ci ne portant que son simple harnois,
Et le pauvre Baudet si chargé qu’il succombe.
Il pria le Cheval de l’aider quelque peu :
Autrement il mourrait devant qu’être à la ville.
La prière, dit-il, n’en est pas incivile :
Moitié de ce fardeau ne vous sera que jeu.
Le Cheval refusa, fit une pétarade ;
Tant qu’il vit sous le faix mourir son camarade,
               Et reconnut qu’il avait tort.
               Du Baudet, en cette aventure,
               On lui fit porter la voiture,
               Et la peau par-dessus encor.

 

Jean de LA FONTAINE (1621-1695).

 

*****************************************************

 

 

Une réponse à “Le Cheval et l’Ane, Jean de LA FONTAINE”

  1. unpeudetao dit :

    - incivile : impolie.
    - une pétarade : ruade accompagnée de pets.
    - On lui fit porter la voiture : la charge des charrettes.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose