7 juillet, 2017

Le coursier du XIXe siècle, HURAULT

Classé dans : — unpeudetao @ 11:31

Un coursier noble et fier brûlait d’impatience

De voler aux champs de vaillance,

Et trouvait bien tardif le signal des combats

Qui devaient lui donner la gloire ou le trépas.

Un cheval de bourgeois, pacifique monture,

Le raillait en ces mots : « Stupide créature,

« Qui te pousse si fort dans les plaines de Mars ?

« Ce sont, ma foi, belles merveilles

« Que d’aller t’exposer à ces mille hasards,

« Sans compter la fatigue et le jeûne et les veilles ;

« Reste avec nous : je dors, moi, sur mes deux oreilles,

« Je mange quand je veux, j’ai du foin à souhait,

« Je promène mon maître, et ce mince bienfait

« Me vaut encore un picotin d’avoine.

« En regard de ces biens la gloire est chose vaine,

« Jouissons de la vie et dorons notre sort.

« On arrive toujours assez tôt à la mort. »

D’abord notre coursier frémit à ce langage,

Puis toisant du regard un vaste pâturage,

Il calma son ressentiment

Et jugea que ce serait sage

D’en essayer pour un moment.

Cependant le clairon sonnait pour la victoire ;

À ces sons belliqueux, le coursier hésita..

Partit d’un trait.. puis s’arrêta..

L’herbe était haute.. adieu la gloire !

Notre époque fourmille en chevaux de bourgeois ;

Tous les nobles élans tendent à disparaître.

Honneur, vertu, devoir, on déserte vos lois ;

Partout je n’entends qu’une voix :

Du bien-être, encor du bien-être !

HURAULT (XIXe siècle).

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose