16 août, 2012

Le Geai paré des plumes du Paon, Jean de LA FONTAINE

Classé dans : — unpeudetao @ 3:34

        Un paon muait : un geai prit son plumage ;
            Puis après se l’accommoda ;
Puis parmi d’autres paons tout fier se panada,
            Croyant être un beau personnage.
Quelqu’un le reconnut : il se vit bafoué,
            Berné, sifflé, moqué, joué,
Et par messieurs les paons plumé d’étrange sorte ;
Même vers ses pareils s’étant réfugié,
            Il fut par eux mis à la porte.
Il est assez de geais à deux pieds comme lui,
Qui se parent souvent des dépouilles d’autrui,
            Et que l’on nomme plagiaires.
Je m’en tais, et ne veux leur causer nul ennui :
            Ce ne sont pas là mes affaires.

 

Jean de LA FONTAINE (1621-1695).

 

*****************************************************
 

 

Une réponse à “Le Geai paré des plumes du Paon, Jean de LA FONTAINE”

  1. unpeudetao dit :

    - se l’accommoda : Se l’appropria et se l’adapta.
    - se panada : Comme si on disait se paonadait (faire parade, se pavaner).
    - Berné, sifflé, moqué, joué : Ces termes s’adressent aux gens de lettres ou de théâtre, comme la moralité de la fable.
    - plagiaires : Au XVIIème, la propriété littéraire n’était pas protégée et le plagiat était fréquent.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose