16 avril, 2013

Le Paon et Junon, PHÈDRE

Classé dans : — unpeudetao @ 6:39

Indigné de n’avoir pas eu en partage la voix du rossignol, le Paon vînt trouver Junon.
 » Les sons harmonieux du rossignol, dit-il, plaisent à tout le monde, tandis que ma voix ne fait qu’exciter le rire. « 
La déesse lui répondit, pour le consoler :
 » Mais ne l’emportes-tu point par ta beauté, par ton port majestueux ? ton collier d’émeraude brille des plus vives couleurs, et tu déploies en rayons la queue qui étincelle de mille pierreries. « 
 » A quoi me sert une beauté muette, si je suis le dernier par la voix. « 
 » Le destin, reprit Junon, vous a partagé les dons de la nature: toi, tu as reçu la beauté ; l’aigle, le courage ; le rossignol, des accens mélodieux ; le corbeau, sert aux prédictions des augures ; la corneille, porte de sinistres présages ; et cependant chacun est content de son lot. « 

 

Gardez-vous de porter envie aux biens que vous n’avez pas ; si vos espérances étaient trompées, il ne vous resterait que des regrets.

 

PHÈDRE (Vers 14 av. J.-C. – vers 50 ap. J.-C.).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose