16 novembre, 2014

Le singe et le menuisier, IBN AL-MUQAFFA

Classé dans : — unpeudetao @ 14:52

Exemple de celui qui entreprend une action qu’il n’est                  pas capable de mener à bien, car elle excède ses moyens. On raconte qu’un singe observa un menuisier fendre une planche de bois à l’aide de chevilles ; et cela lui parut intéressant. Le menuisier partit pour régler quelque affaire. Le singe se leva et entreprit une action qu’il ne maîtrisait pas : il enfourcha la planche, le dos tourné à la cheville et le museau pointé vers l’extrémité de la planche. Inopportunément, sa queue se glissa dans                  la fente ; il enleva la cheville et la fente se referma brusquement sur sa queue ; la douleur fut si vive qu’il s’évanouit. Puis le menuisier revint et trouvant qu’il avait pris sa place, il se mit à le frapper sans s’arrêter. Les coups reçus du menuisier furent encore plus terribles que la douleur subie par sa queue, prise dans la fente de la planche.

 

IBN AL-MUQAFFA (724-759).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose