3 janvier, 2012

Le Ventre et les Membres, Marie de France

Classé dans : — unpeudetao @ 20:45

 

D’un Homme je dirai l’histoire
(Que la Fable en garde mémoire)
Ayant des mains, ayant des pieds
Et une tête, et qui, fâché
Contre son ventre, l’accusait
De gaspiller ce qu’ils gagnaient.
Tous cessèrent de travailler
Pour qu’il n’ait plus rien à manger,
Mais le ventre jeûna si bien
Qu’il affaibli les pieds, les mains,
Qui ne pouvaient plus désormais
Travailler comme ils l’avaient fait.
Sentant leur faiblesse augmenter,
Ils le firent boire et manger,
Mais, ayant trop connu la faim,
Ne pouvant plus goûter à rien,
Le ventre revint au néant
Et les membres en même temps.

 

Par cet exemple on peut le voir,
Et tout sage doit le savoir,
Nul ne peut connaître l’honneur
S’il porte atteint à son seigneur
Mais le seigneur semblablement
Se doit à l’honneur de ses gens.
Que l’un d’entre-eux vienne à faillir,
Tous deux auront à en souffrir.

 

Marie de France (XII siècle).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose