30 janvier, 2014

Les ruses du chasseur, Feng Xuefeng

Classé dans : — unpeudetao @ 13:02

Le cerf craint le loup, le loup craint le tigre, et le tigre craint le grand ours, le plus féroce des animaux. Le crâne revouvert de longs poils semblables à une tignasse, marchant debout sur ses pattes de derrière, il est extraordinairement fort et s’attaque même à l’homme.

 

Au sud de l’Etat de Chu vivait un chasseur qui, sur sa flûte de bambou, arrivait à imiter toutes sortes de cris d’animaux. Muni d’un arc et d’un petit pot de grès au fond duquel couvaient quelques braises, il se rendait dans la montagne et imitait l’appel du cerf. Croyant retrouver un de leurs frères, des cerfs arrivaient et le chasseur les tuait avec des flèches enflammées.

 

Un jour, en l’entendant imiter le cri du cerf, un loup accourut. Le chasseur pris de frayeur lança un rugissement de tigre. Le loup s’enfuit, mais un tigre parut. Terrifié, l’homme imita le grognement du grand ours. Le tigre s’en fut, mais croyant rencontrer un de ses semblables, un ours énorme se présenta. Ne trouvant qu’un homme, il se jeta sur lui, le mit en pièces et le mangea.

 

Aujourd’hui encore, ceux qui se servent d’artifices au lieu de compter sur leurs propres forces finissent toujours par s’attirer un destin semblable à celui du chasseur.

 

Extrait de « Fables de la Chine Antique » de Feng Xuefeng, écrivain chinois (1903-1976).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose