1 avril, 2014

Ô mon cheikh, que tu es sage, IBN QUTAYBA

Classé dans : — unpeudetao @ 13:16

Un passant portait sur ses épaules une perche aux bouts de laquelle étaient suspendues deux besaces ; le poids l’écrasait. Dans une besace il y avait du blé et dans l’autre de la terre. «  Qu’est-ce que tu portes ? » lui demanda-t-on. «  J’ai équilibré le poids du blé, répondit-il, en mettant de la terre dans la deuxième besace, car la perche penchait d’un côté. »

 

Un homme prit alors la besace remplie de terre et la vida ; il divisa le blé en deux parties et en mit une dans la besace vide, et dit au porteur de reprendre sa charge. Ce dernier, constatant l’allégement, dit à l’homme : « Ô mon cheikh, que tu es sage. »

 

IBN QUTAYBA (828-889).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose