3 février, 2012

Plaidoyer pour les cancers, Georges Duhamel

Classé dans : — unpeudetao @ 11:59

 

Le grand laurier que vous voyez dans cette caisse, vigoureux, vert et fleuri, ce grand laurier qui porte assez de feuilles pour couronner cent poètes, vingt savants, dix athlètes, deux conquérants et même, à l’extrême rigueur, un orateur politique, ce grand laurier triomphant a, quand il était petit, passé deux années entières à tremper dans une bouteille.
Le jardinier, qui est tenace, changeait l’eau de temps en temps. Le rameau demeurait vert, mais ne se décidait point à pousser une seule racine. Et, tout à coup, il est parti. Maintenant, c’est un bel arbre. Je voudrais dédier cette fable aux législateurs téméraires qui prétendent juger sans appel un écervelé de dix ans.
J’exige du législateur non pas qu’il ait des diplômes, ni certes qu’il ait dû savoir et ni même de la sagesse, mais qu’il ait au moins des enfants.

 

Georges Duhamel (1884-1966).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Une réponse à “Plaidoyer pour les cancers, Georges Duhamel”

  1. L. A. dit :

    Bonjour.
    Intrigué de prime abord par son intitulé, j’ai cru comprendre à la lecture de cette fable qu’elle souffre ici d’une coquille qui vous a fait laisser « cancer » à la place de « cancre », ce qui est tout différent.
    Avec cordialité,
    L. A.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose