14 novembre, 2011

Credo (symbole de Nicée-Constantinople)

Classé dans : — unpeudetao @ 16:27

Je crois en un seul Dieu,
le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre,
de l’univers visible et invisible.
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ le Fils unique de Dieu,
né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu, Lumière, né de la Lumière,
vrai Dieu, né du vrai Dieu,
engendré, non pas créé, de même nature que le Père,
et par Lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut,
Il descendit du ciel ;
par l’Esprit Saint, Il a pris chair de la Vierge Marie, et S’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et Il monta au ciel ;
Il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ;
et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ;
Il procède du Père et du Fils ;
avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire ;
Il a parlé par les prophètes.
Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.

 

Amen.

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Une réponse à “Credo (symbole de Nicée-Constantinople)”

  1. unpeudetao dit :

    Apophtegmes 55, des pères du désert.

    Plusieurs moines qu’on appelle  » priants  » vont à l’Enaton, chez Abba Lucius. L’ancien leur demande :
     » Quel est le travail de vos mains ? « .
    Ils disent :
     » Nous ne travaillons pas de nos mains, mais comme l’Apôtre le commande, nous prions sans arrêt « .
    Abba Lucius leur demande :
     » Est-ce que vous ne mangez pas ?  »
    Ils répondent :
     » Si « .
    Alors il leur dit :
     » Quand vous mangez, qui donc prie à votre place ? « .
    Il leur dit :
     » Quand vous dormez, qui donc prie à votre place ? « .
    Mais ils ne trouvent rien à répondre.
    Alors Abba Lucius dit aux moines :
     » Excusez-moi, mais vous ne faites pas ce que vous dites. Moi, je vais vous montrer que je prie sans arrêt quand je travaille de mes mains. Je m’assois avec Dieu. Je mouille les joncs et je les tisse en cordes. Je dis en même temps :
     » Dieu, aie pitié de moi dans ta grande miséricorde. Dans ton immense bonté, efface mon péché  » (Psaume 50, 2).
    Abba Lucius demande aux moines :
     » Est-ce que ce n’est pas une prière ? ».
    Ils répondent :  » Si « . Puis il leur dit :
     » Quand j’ai passé toute la journée à travailler et à prier, j’ai gagné à peu près seize pièces d’argent. J’en mets deux à ma porte et je mange avec le reste. Celui qui prend ces deux pièces d’argent prie pour moi quand je mange ou quand je dors. Ainsi, avec l’aide de Dieu, j’obéis au commandement de prier sans arrêt « .

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose