• Accueil
  • > Deux vieux, A. FINK aîné

22 août, 2017

Deux vieux, A. FINK aîné

Classé dans : — unpeudetao @ 5:07

ASSIS près du feu qui flambe gaîment,

Tandis qu’au dehors souffle la tempête

Sur la cheminée appuyant sa tête,

Le vieux paysan songe tristement.

Devant un berceau l’aïeule répète

Un ancien refrain. Son regard aimant,

Où se lit parfois un vague tourment

Quittant l’enfant blond, sur l’homme s’arrête.

Et soudain des pleurs brillent dans ses yeux :

C’est qu’il est bien jeune ; eux ils sont bien vieux !

Pourtant pour l’aimer, il n’a qu’eux au monde.

Et l’aïeule tremble et souffre tout bas,

Ressentant au cœur l’angoisse profonde

D’abandonner seul l’enfant ici-bas.

A. FINK aîné (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose