• Accueil
  • > Dies irae, Charles GUINOT

12 octobre, 2013

Dies irae, Charles GUINOT

Classé dans : — unpeudetao @ 19:09

Au Maître, Jules Barbey d’Aurevilly.

 

La fin des jours approche, et l’éternel mystère,
De son ombre, déjà, couvre notre chemin ;
Nous vivons aujourd’hui sans penser à demain,
Car l’espérance est morte et le ciel solitaire.

 

Des poètes sacrés, la grande voix austère
Ne trouve plus d’écho dans le tumulte humain ;
Les anges, qu’on disait nous mener par la main,
Ne laissent plus leurs pas s’égarer sur la terre.

 

Le prêtre veille seul à l’autel déserté ;
On achète et l’on vend la sainte Liberté,
Et la justice aveugle erre dans la nuit sombre.
Les appels du devoir ne sont plus entendus
Dans ce désastre immense où tout croule et tout sombre !
Les dieux sont remontés ; les hommes, descendus !

 

Charles GUINOT (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose