• Accueil
  • > Dieu des chiffoniers, Géo NORGE

26 avril, 2012

Dieu des chiffoniers, Géo NORGE

Classé dans : — unpeudetao @ 18:36

 

On a besoin comme de pain
D’un dieu qui marche dans la rue
Et lève au bout de son grappin
La trouvaille en or toute nue.

 

Tous les dieux de l’autre famille
Sortent luisants du bénitier
Mais le seigneur des chiffonniers
Sent le brouillard et la guenille.

 

Il est tant de chiffons au monde
Qu’il est le dieu de toutes gens.
Qu’on le débarbouille et le tonde,
On ne l’aimera plus autant.

 

Soleils couchants, soleils levants,
Paul, Jean, Pierre, Emile et Sylvie,
Il est tant de chiffons aux vies
Qu’il est bien le dieu des vivants.

 

Il fourre tout dans sa fortune
En sac pour ses enfants obscurs,
La fripe des anciennes lunes,
L’utilisable de l’azur.

 

Des rayons, de longs rayons d’astres
Dont il se drape un grand caban
Et plus de noce que de piastres
Pour exalter des coeurs flambants.

 

La ténèbre aussi; mais des nues
Surtout de douceur, ô des lacs
De douceurs jamais advenues,
Qu’il en serre bien dans son vrac !

 

Pour une fois qu’on trouve un dieu
Qui ne brandit pas de tonnerre,
On veut des siècles spacieux
De douceur, de douceur trémière.

 

Dieu des chiffons universels,
N’es-tu pas lassé d’être mon ?
Dieu de brancard, dieu de renfort,
N’es-tu pas lassé d’être au ciel ?

 

C’est bien le trimard, mais faut pas,
Monseigneur, que toujours ça dure,
Que ça dure toujours, papa ;
Fais-nous monter dans tes mâtures !

 

Assez gémi ! Du chant, du chant,
Du chant, petits anges rebelles,
Debout, mes bons petits méchants,
Et pour le rejoindre, de l’aile !

 

Colonnes doriques, mes soeurs,
Mais oui, mes soeurs par l’âme en fête,
Il vient, le prince crocheteur
Vous dorer des pieds à la tête !

 

Et l’on invite à cette chance
Les rois comme les terrassiers,
Jeanne et Louis, grands chiffonniers,
Recouseurs du pays de France.

 

Des froids, des maux, des soifs, des faims,
Ame ou bleu, mais pieds dans la mare :
Zut et zut ! Noël, grand clochard
Avec tes enfants du biffin.

 

Chiffonniers, plus de rapiéçages,
On a fini d’être miteux
Un dieu daigne ouvrir ses aunages
Et daigne en finir d’être dieu.

 

Géo Norge (1898-1990).

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose