8 juillet, 2012

Divers haïkus (4)

Classé dans : — unpeudetao @ 6:41

Disparaître
au fond de ces ravins
où les nuages s’attroupent !

 

Iida Dakotsu (1885-1962).
*****

 

Dans ma paume
il n’y a rien,
des éclairs dans la nuit

 

Saitô Umeko (Née en 1929).
*****

 

Grimpe en douceur
petit escargot,
tu es sur le Fuji !

 

Kobayashi Issa (1763-1827).
*****

 

Dans mon dos passe un train,
j’arrache les mauvaises herbes
sans lever la tête

 

Ozaki Hôsai (1885-1926).
*****

 

Après le tonnerre
les nuages de la nuit
ont le teint frais

 

Hara Sekitei (1886-1951).
*****

 

C’est mon lac intérieur,
dans l’ombre rôde
un tigre noir

 

Kaneko Tota, né en 1919.
*****

 

Je quitte le temple zen,
j’entre
dans la nuit étoilée !

 

Shiki (Masaoka Shiki), 1867 1902 (père fondateur du haiku moderne).
*****

 

Devant le temple des Six Vertus
au fond des ténèbres
les vers de terre crient

 

Kawabata Bôsha, 1900 1941.
* Ce haiku à l’accent mystérieux, à la fois ésotérique et désespéré, évoque toute la détresse de la destinée humaine : nous sommes ces créatures rampant sur terre, aspirant tant bien que mal à réaliser les Six Paramita, les six vertus bouddhiques menant à l’éveil.
*****

 

Nuit brève,
la bave des crabes
mousse entre les roseaux

 

Buson (Yosa Buson), 1716 1783.
*****

 

Du morse dans la nuit,
le vent
envoie un SOS

 

Sumitaku Kenshin (1961-1987).
*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose