3 juillet, 2013

Dolor, A. DUMONT

Classé dans : — unpeudetao @ 20:15

Homme, si ton cœur saigne, exprimes-en l’essence :
Enferme-la, subtile, au flacon de cristal ;
Le malheur nous épie au jour de la naissance
Et s’attache à nos pas, implacable, fatal ;
Nos reins faiblissent sous le poids de la souffrance ;
Pleurer est enfantin, et se plaindre est banal ;
Dès cette vie, il faut laisser toute espérance
Ainsi que l’écrit Dante en son livre infernal.

 

Mais la douleur est là, source de poésie,
Et ses gémissements font les vers les plus beaux ;
Elle offre à notre lèvre un parfum d’ambroisie
Et de la route à suivre allume les flambeaux ;
Notre âme, en son creuset profond, se purifie :
Les lauriers les plus verts croissent sur les tombeaux !

 

A. DUMONT (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose