31 octobre, 2013

Éclectisme, Émile ASSE

Classé dans : — unpeudetao @ 12:04

Tandis que, rayonnant des splendeurs du matin,
La Nature semblait s’être renouvelée,
Seul, après avoir pris sa hâtive envolée,
Un moineau picorait sur un tas de crottin.

 

Il allait, sautillant, curieux, incertain,
Piquant, de ci de là, sa becquée effilée,
Gardant soigneusement luisante, immaculée,
Sa robe, dont la plume est comme un doux satin.

 

Ainsi, de temps à autre, un spiritualiste
Picore le fumier fécond du réaliste,
Cherchant, pour son écrin, le diamant perdu.
Ne nous plaignons pas si, dans un chaos étrange,
Bien, mal, beauté, laideur, tout paraît confondu ;
Car l’esprit sortira, glorieux, de la fange.

 

Émile ASSE (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose