• Accueil
  • > Effet d’automne, Michel HELBRONNER

29 septembre, 2012

Effet d’automne, Michel HELBRONNER

Classé dans : — unpeudetao @ 7:00

Les arbres dépouillés, sur le ciel, froidement,
Dentellent, dans la brume, en formes fantastiques,
De merveilleux vitraux d’anciens temples gothiques,
Ayant pour verrière un pâle firmament.

 

Les rameaux enlacés par un fol croisement,
Cisellent, dans le soir, des ogives rustiques,
Semblables à des nefs où montent les cantiques,
Que le vent, tel un orgue, entonne étrangement.

 

Sur le chemin givré, parvis sans fin qu’on foule,
Les feuilles mortes vont, comme une sainte foule,
Frissonnante d’extase, au tombeau de l’été.
Puis les grands vents d’automne, en leurs chants séculaires,
Exilant de la nuit la morne obscurité,
Allument dans l’azur tous les cierges stellaires.

 

Michel HELBRONNER (Né en 1876), architecte et poète québécois.

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose