• Accueil
  • > Éloge de la France, Ernest LE SÈVE

29 avril, 2016

Éloge de la France, Ernest LE SÈVE

Classé dans : — unpeudetao @ 2:45

Je voudrais en ce jour rendre hommage à la France ;

Lui dire, avec mes vœux, mes chants, mon espérance.

Je voudrais peindre ici sa gloire et sa grandeur ;

Dire ce que je sens au plus profond du cœur.

Je voudrais dire aussi ses trésors, sa richesse ;

Lui conter mon amour, lui répéter sans cesse ;

Mais mon cœur trop ému ne sait que l’admirer !…

Pour un pareil sujet, Muse, viens m’inspirer !

Divine Poésie, épure mon langage.

Prête-moi tes accents et rends-moi le courage !…

Oui, oui, j’aime la France à qui je dois le jour,

Qui m’a servi de mère ; oui, c’est tout mon amour !

Aucune nation n’est plus qu’elle puissante ;

Plus capable d’aimer, plus belle et plus vivante !

J’aime ses moissons d’or, ses verdoyants coteaux,

Ses fleuves imposants, ses monts et ses troupeaux.

J’aime aussi ses forêts, son sol riche et fécond,

Son pays enchanteur à nul autre second ;

Sa terre qui produit et son peuple qui pense,

Qui veut la liberté, qui veut l’indépendance !

Voyez-vous ce guerrier, respirant la valeur ?

C’est Vercingétorix ; sa devise est : « Honneur ! »

Admirez Jeanne d’Arc, électrisant la foule,

Qui terrasse l’Anglais et chez lui le refoule.

Et ces hommes encor : Duguesclin et Bayard,

Et ce Vincent de Paul, héros pris au hasard.

Que dire de Boileau, de Racine et Voltaire ?

Qui saura me montrer sur toute notre terre

Un pays plus riant, digne d’un plus haut prix,

Plus beau par la nature et plus grand par l’esprit ?

Aimons-le donc, Français, comme on aime sa mère,

Et rendons-le puissant aussi bien que prospère.

Cherchons à lui donner le rang qu’il a perdu,

Et le coin qu’on lui vole un jour sera rendu…

Oui, j’en fais le serment, si la horde ennemie,

Dans son orgueil, foulait le sol de la patrie,

Là-bas, à la frontière, on me verrait courir,

Pour défendre la France, où je saurais mourir !

Et si, par un malheur, le sort était contraire,

L’enfant voudrait venger son pays et son père !

Ernest LE SÈVE (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose